OPEN CALL :

WWW.NATURE&IDENTITÉ.ML

  • QUI ORGANISE

  • Le laboratoire d’AGRI-CULTURE urbaine de Lassa,           ( LAC) à Bamako est une plate-forme qui soutient  des jeunes artistes, agriculteurs ou artisans à passer d'une idée à fort impact écologique au prototype. Le Laboratoire est doté d’un WIFI et d’un ordinateur avec beaucoup de logiciels nécessaires aux créations multimédias.

  • Acte Sept : apporte son soutien technique à la mise en scène des photographies

  • CFP : pour le tirage des photos

  • la Galerie Médina : Galerie à Bamako, Igo Diarra participe à la sélection des photographes

  • Le Musée National et son directeur Samuel Sidibe participe à la sélection des photographes

LE SUJET :

« La nature de l’identité » cherche des dénominateurs communs, des éléments de réassurance, à définir avec force et détermination les frontièeres de la communauté, à nier l’existence de ce qui lui échappe et à  se présenter comme un territoire de friction entre  l’identifié et l’autre, du même et le non-identifié, le non-identifiable, le sans-papier. L’objectif est de permettre à la communauté décadente la confirmation intarissable de ses propres pouvoirs et qualités. Toute forme d’altérité se doit alors d’être gommée, tout expérience autre, oubliée. Par nature, l’identité radote mais rassure.

 

« L’identité de la nature » raconte, ici, une histoire radicalement inverse, celle de l’altérité absolue, de cet autre vivant, insaisissable, le sans voix absolu. La nature, quelque soit la mythologie à la mode, ne suspend jamais  son fonctionnement mystérieux, pas la peine d’engueuler avec un plant de tomates qui ne poussent pas, l’humilité et l’écoute sont au cœur du travail de la terre! La nature souveraine, cette grande silencieuse s’inscrit au-delà des limites de nos facultés de connaître, un lointain proche qui laisse murmurer ces génies que personne ne pourra jamais maitriser faisant de l’agriculture, le 1er de tous les arts. Si des découvertes sont réalisées concernant son fonctionnement, elles ouvrent au même moment des nouveaux champs entiers d’interrogations.

 

Ce thème autour d’un jeu de mot bien français cherche juste à provoquer

les photographes pour qu’ils nous dénichent quelques nouveaux indices de ce rapport à l’Afrique, au passé africain, au présent et à l’avenir des africains, dans leur diversité de choix, d’espoirs ou d’histoires.

COMMENT PARTICIPER ?

Cette résidence est ouverte à quatre photographes : deux femmes, deux hommes -

résidents au Mali ou dans la sous-région.

Les photographes non-résidents au Mali doivent financer leur voyage.

 

Comment répondre à l’appel à résidence - Remplir le dossier ci-joint avant le 14 aout.

 

  1. Comment ça se passe ?

 

• Chaque semaine, pendant 4 semaines, un photographe réalise la série de photographies avec le support de tous les acteurs. Le travail est réalisé à Bamako, dans les limites de la ville ou dans sa banlieue à pas plus de 50km.

Le budget de production est pris en charge pour le LAC dans la limite du raisonnable.

 

• Il est tenu d’arriver lundi matin et de finaliser ses dernières photographies le samedi de la même suivante.

 

• Pour les artistes non-résident au Mali : mise à disposition  d’une chambre, de la cuisine commune et d’un atelier. Le gîte et le couvert sont offerts par le LAC. Les frais de voyage sont payés par les artistes eux-mêmes.

 

Une sélection de 6 photos de chacun des photographes sera exposée au LAC lors du off de la 11ème édition de la biennale de la photographie de Bamako.

 

• En contrepartie

Les artistes laissent un copie numérique HD de chacune des photos de la série. 

 

Les artistes feront une présentation finale de leur recherche à un public diversifié, étudiants, professionnels... lors d’un grand déjeuner – vernissage au LAC.

La documentation des processus et des résultats sera rassemblée dans une publication, ainsi que les activités de médiation réalisées.

Cette documentation sera réalisée par un élève stagiaire d’une des institutions de formation des jeunes maliens aux usages des outils multi-médias.

 

Partenaire technique :

  • Mise en Scène : Acte Sept

  • Impression et cadre : CFP

 

 

Jury de sélection des artistes

  • Igo Diarra : reposnable de la Médina

  • Carole Refabert : co-fondatrice du LAC

  • Samuel Sidibe : directeur du Musée National de Bamako

  • Jacques Kokou : cinéaste, photographe

  • Adama Traoré : Acte Sept

 

 

Lieu de residence :

Fara so, Faraba, Lassa, commune 4, Bamako, Mali

 

Si Vous êtes intéressée :

Dépôt du dossier sur place ou par mail : carole.lassa@gmail.com

 

- En format numérique à l’adresse en un seul document (PDF ; Word, etc., inferieur à 5 MB). Il doit comprendre :

−Un Curriculum vitae artistique

- Le formulaire de participation de l’appel comprenant :

−Un dossier comportant la présentation de deux projets artistiques récents ( production 2016 ou ultérieur)

−L'idée ou le concept de base du projet artistique à développer au cours de la

résidence présenté sous forme de croquis accompagné éventuellement d’un texte 

(entre 350 et maximum 1500 caractères– rédigé ou enregistré en français ( durée de 3 à maximum 7 minutes )

 

Candidature possible jusqu’au 14 Aout 2017,

Plus d’informations au 223 65 68 95 06 ou mail : carole.lassa@gmail.com

télécharger

l'appel à projet

Laboratoire d'Agri.Culture

© 2016 par CALAC
Créé avec Wix.com

03 BP 33

Falaso, Lassa

Bamako, Mali,